Déjour s'y joue, désir ci-git

Un texte, des voix, des interruptions..

Francis Francis

Performance Déjour ci-git Désir s'y joue

1974-2004. Performances "Déjour ci-git, désir s'y joue"

En 1974, j´ai produit pour la première fois la performance "Déjour ci-git, désir s´y joue" à l´Université de Vincennes avec six chanteurs. Je l´ai conçu comme un opéra entrelaçant les prises de parole de six personnages : les amants-jumeaux, la mère, l´enfant, le mécrit, le peintre, le vieillard. Je qualifierais ces identités comme des "Identités familliales".

Déjour ci-git, désir s'y joue. 1974.

Dans les énoncés, les mots y sont assemblés à la façon d'un collage surréaliste. Pourtant, ces énoncés sont parlés ou chantés à la façon d'évidences incontestables. Symétriquement, je pourrais dire : des évidences incontestables, à leur énoncé se révèlent comme des collages où la tête n'a aucune relation avec la queue.

L'action est scandée par les sauts successifs à faire dans une marelle.

Mettant en scène le drame ambigu de la mort d'un adolescent (devenir adulte ? immolation par le père ? ), une vérité sur l'état futur du monde se dévoile dans le clair-obscur de la prédiction.

Rétrospectivement, certains paragraphes clair-obscur apparaissent prémonitoires, ainsi celui-ci qui évoque - en 1974 - la volonté de l'Occident de relancer l'Islam comme cavalcade conquérante du Croissant, afin de renforcer en écho la Résurrection christique :

parce que vous voulez la royale

audience du cheval caval

cade insensée d'un croissant tweed en solde cela rappelle la résurrection

Commentaires en 2009

Meeting Cultural : ... Donc vos premières performances explorent comment votre perte de mémoire est une expérience bénéfique : regarder de l´extérieur les fantasmes de votre famille, identifier les structures même de nos identités, se dissoudre pour renaître comme rythme et spectacle.

FRJ : Oui, tout comme l´aveugle qui valorise les bruits, j´ai transformé mon absence de mémoire en opportunité pour développer de nouvelles sensibilités. C´est pourquoi j´ai d´abord visé un art total tel que l´opéra le réalise. Sur le plan formel, mes premières oeuvres tentent une mise en concordance de la chorégraphie des gestes, de la musique des paroles, du cinéma des images. D´ailleurs les techniques antiques de mémorisation peuvent s´analyser comme les prémisses de l´ opéra puisqu´elles combinent la marche dans un bâtiment (le topoi, le lieu commun), l´évocation d´images frappantes, la musique du phrasé rhétorique !

MC : Cependant, le travail graphique de ces livrets qui restituent vos performances semble avoir pour fonction d´approcher des émotions assez violentes, tout en préservant la bienveillance du lecteur.

FRJ : Si l´on s´attache à la signification, il y a beaucoup de violence en circulation entre les acteurs de ces performances. Toutes sortes de façon de réduire au silence, d´agresser, de blesser, de tuer sont mises en scène. C´est la fonction de l´art à la fois de plonger dans une situation et de mettre de la distance, afin de canaliser nos émotions, afin de nous mettre en position de nommer ce qui se passe. A ce propos, je dois mentionner que mes études en sémiologie se sont centrées sur la rhétorique. La rhétorique est une technique qui enrobe la violence d´une argumentation par des atours séduisants : des lieux communs partagés, des figures agréables, un rythme mélodieux.

Le dispositif des personnages et les énoncés de la performance ont été exposés dans un Livret Graphique en 2004 co réalisé avec Francine Flandrin F2.

Télécharger : FRJ Dejour desir.pdf

comments powered by Disqus