Vie graphe

Voilà une approche synthétique de la démarche de FRJ à travers une interview. Mais la synthèse est hélas un sécateur. Il ne reste que le choix entre le vivant et le mort. Alors qu'en art, les héros sont les morts vivants !!

Francis Francis

Interview menée par Christian Agostini pour le site meetingcultural / octobre 2009

MC : Francis Raphaël Jacq, vous jouez avec vos deux prénoms ?

FRJ : "Francis Jacq" m´identifie dans la sphere des métiers, tandis je souhaite m´identifier comme artiste avec "Francis Raphaël Jacq", Raphaël étant bien sûr un prénom connoté dans l´histoire de l´art. J´aime ce clin d´oeil au passé.

MC : Par la multiplicité de vos identités, vous apparaissez comme sous la forme d´un déplacement permanent aussi bien dans vos œuvres que dans vos missions professionnelles. Artiste, vous êtes philosophe, poète, performeur, graphiste, peintre, sculpteur de tissus, concepteur d´un logiciel d´autoportrait. Dans vos professions, vous avez été successivement, électronicien, formateur d´adultes, coach de chefs de projet, directeur de projet en ressources humaines, architecte informatique, animateur de communautés d´échanges. Comment expliquer ce passage d´identité en identité ?

FRJ : Une première réponse serait le goût des voyages. J´envisage la vie comme un voyage de ville en ville, de pays en pays. Chaque nouveau lieu est l´occasion de rencontres, de coopérations, de réalisations. Rétrospectivement, j´ai en effet entrelacé deux voyages, l´un plus artiste, l´autre plus professionnel. Cependant, c´est le même voyage, au cours duquel j´aurais vécu intensément la nuit comme le jour. Une seconde réponse, moins métaphorique, identifierait la cause de cette multiplicité dans une expérience qui a été fondatrice : au début de l´âge adulte, pendant quatre ans, j´ai vécu sans mémoire, avec l´effacement complet de tout ce qui assure l´identité de soi : les souvenirs d´enfance et d´adolescence, les évènements avec la famille et les copains, les connaissances apprises.

MC : Que voulez-vous dire ?

FRJ : Lors de la crise familiale qui a précédé le décès brutal de mes deux parents, j´ai constaté que ma mémoire se vidait pour devenir un écran blanc, un espace silencieux. Puis, avec horreur, au quotidien, j´ai vu se réduire progressivement ma capacité de mémorisation. Au plus fort du mal, je ne mémorisais que les dix dernières minutes vécues. Aucune étude, aucun métier, aucun projet ne m´était possible à entreprendre. J´étais tel du sable où tout s´efface à chaque nouvelle vague.

MC : Comment vous en êtes vous sorti ?

FRJ : Je ne m´en suis pas sorti à proprement parler. Mon ancienne identité ayant disparu, je me suis construit une nouvelle identité. En fait, disponible, j´ai pris plaisir à me bâtir des identités professionnelles successives, de façon à être au cœur des évolutions de la société française.

MC : Avez-vous été cette sorte de héros romanesque qui multiplie les déguisements et les aventures, pour le plus grand plaisir du lecteur ?

FRJ : Oui, je m´apparente à ce type de héros romanesque. Cependant, le roman reste à écrire !

MC : Quelles sont les évolutions de la société française dont vous avez été l´acteur et dont vous serez peut-être le futur narrateur ?

FRJ : Par exemple, la modélisation de nos désirs par la publicité, l´informatisation progressive de nos activités, de nos paroles et de nos pensées, la théâtralisation de notre servitude volontaire aux médias, aux marchands et aux entreprises !

MC : Comment situez-vous les performances de vos débuts et vos œuvres par rapport à vos identités changeantes ?

FRJ : Lorsque l´on n´a plus de faculté interne de mémorisation, des prothèses externes comme l´écriture ou l´image graphique sont vitales. Mes premières œuvres se caractérisent par des assemblages de phrases et d´images graphiques que j´organisais par rapport à une grammaire visuelle, sonore et spatiale. En 1972, à 21 ans, ma première tentative fut un petit roman intitulé "Chambres au delà des paysages"où je tentais de sauvegarder les quelques souvenirs qui me restaient encore.

En 1974, j´ai produit la performance "Déjour ci-git, désir s´y joue" à l´Université de Vincennes avec six chanteurs. Je l´ai conçu comme un opéra scandé par les sauts successifs à faire dans une marelle, et entrelaçant les prises de parole de six personnages : les amants-jumeaux, la mère, l´enfant, le mécrit, le peintre, le vieillard (dispositif exposé dans le livret rédigé en 2004). Je qualifierais ces identités comme des "Identités familliales".

Dejour ci-git, désir s´y joue. 1974.

Les mots y sont assemblés à la façon d'un collage surréaliste. Issue d'une mise en drame de la mort d'un adolescent (pour devenir adulte ?), une vérité sur l'état futur du monde se dévoile dans le clair-obscur de la prédiction. Rétrospectivement, certains paragraphes clair-obscur m'apparaissent prémonitoires, ainsi celui-ci qui évoque - en 1974 - la volonté de l'Occident de relancer l'Islam comme cavalcade conquérante du Croissant, afin de renforcer en écho la Résurrection christique :

parce que vous voulez la royale

audience du cheval caval

cade insensée d'un croissant tweed en solde cela rappelle la résurrection

Entre 1991 et 1998, "Eloge du silence" échelonne une série de brefs poèmes sur une ligne continue, ligne scandée par des images fantasmes, images où la couleur des choses s´efface. J´ai fait de la couleur la métaphore de la parole. Au moment où la parole déserte, où la couleur blanchit, il apparait des scansions, des rythmes, qui mémorisent des identités fuyantes. Ainsi, cette répétition ternaire d´abattants de WC illustre une identité scolaire basée sur la répétition journalière des rituels.

Eloge du silence. 1998.

Mais il y a d´autres identités, par exemple celle de l´amoureux éconduit :

Le silence se replit comme un éventail

dans ta main le frisson

est une décision

Entre 1994 et 2004, "La mémoire du sable" combine une série de poèmes avec la désagrégation progressive d'un personnage en multiples grains de sable, suivie d'une reconstruction sous la forme d'une note de musique.

Je suis au bout du compte la surface miraculeuse

d´où la mer se retire effaçant chaque jour le passé

de la veille les blessures la vérité le mensonge le rève l´angoise

sont à égalité

miracle de l´oubli de tous les passés

En évoquant la musique, il me semble que je compare mes différentes identités successives aux différentes notes do, ré, mi, fa, sol, la, si .. avec l´espérance que je puisse les combiner de façon à créer une harmonie.

MC : Donc vos premières performances et vos livrets-poèmes explorent comment votre perte de mémoire est une expérience bénéfique : regarder de l´extérieur les fantasmes de votre famille, identifier les structures même de nos identités, se dissoudre pour renaître comme notes de musique.

FRJ : Oui, tout comme l´aveugle qui valorise les bruits, j´ai transformé mon absence de mémoire en opportunité pour développer de nouvelles sensibilités. C´est pourquoi j´ai d´abord visé un art total tel que l´opéra le réalise. Sur le plan formel, mes premières oeuvres tentent une mise en concordance de la chorégraphie des gestes, de la musique des paroles, du cinéma des images. D´ailleurs les techniques antiques de mémorisation peuvent s´analyser comme les prémisses de l´ opéra puisqu´elles combinent la marche dans un bâtiment (le topoi, le lieu commun), l´évocation d´images frappantes, la musique du phrasé rhétorique !

MC : Cependant, le travail graphique de ces livrets qui restituent vos performances semble avoir pour fonction d´approcher des émotions assez violentes, tout en préservant la bienveillance du lecteur.

FRJ : Si l´on s´attache à la signification, il y a beaucoup de violence en circulation entre les acteurs de ces poèmes-performances. Toutes sortes de façon de réduire au silence, d´agresser, de blesser, de tuer sont mises en scène. C´est la fonction de l´art à la fois de plonger dans une situation et de mettre de la distance, afin de canaliser nos émotions, afin de nous mettre en position de nommer ce qui se passe. A ce propos, je dois mentionner que mes études en sémiologie se sont centrées sur la rhétorique. La rhétorique est une technique qui enrobe la violence d´une argumentation par des atours séduisants : des lieux communs partagés, des figures agréables, un rythme mélodieux.

MC : D´ailleurs, je note que votre doctorat de philosophie soutenu en 1984 a été consacré à l´emploi caché et très efficace des lieux communs rhétoriques dans le développement des doctrines philosophiques. Cela a dû être une émotion fabuleuse de pouvoir mémoriser, à l´occasion de ce doctorat, tant de textes philosophiques, après une incapacité totale à se souvenir.

FRJ : Voilà mon expérience. Plus je parlais au psychanaliste que je rencontrais, plus j´effaçais mon passé. Plus je lisais les grands textes de la philosophie, plus je recouvrais une capacité à mémoriser. Je fais l´hypothèse que la capacité d´articulation de la philosophie m´a été bénéfique. Cela m´amène à contester le terme de "souvenir" pour décrire le processus de mémoire, terme qui insiste sur le "venir" de "ce qui est dessous". Pour mieux caractériser ce processus de mémoire, j´insisterai sur le terme de "retenir". Nous ne nous souvenons que de ce que nous sommes capables de tenir, de tenir de façon répétée, de re-tenir. Un souvenir peut se comparer une pièce de tissu cousue à d´autres pièces de tissu par une série de liens. L´important, ce n´est pas la pièce mais l´ajustement de la découpe dans l´habit et le maintien des fils dans le temps.

MC : Je trouve ici une piste vers vos sculptures de tissu, exposées dans une galerie du Marais en 2003. Elles ont été vécues comme déconcertantes par les visiteurs de cette exposition. Vous avez utilisé des tissus déjà investis par un usage, par une symbolique et pour la plupart d´entre eux, ayant un statut de rebut. Quel sens cela a-t-il de donner à des bouts de tissu une seconde vie en les suspendant selon des torsions diverses au sein d´un cadre ?

FRJ : Cela m´est difficile de donner une réponse simple. De plus, je pense qu´il n´ y art que lorsque l´oeuvre ouvre de nouvelles questions au fur et à mesure que des réponses sont apportées.

Torrents de la passion. 1,50m*1m. 2003.

Un des scénarios possibles serait celui-ci : considérons une pièce de tissu comme un potentiel limité de mémoire. Utilisons un cadre rectangulaire pour témoigner de la taille initiale du tissu. De facto, ce cadre figure notre vie comme un cycle de taille limitée. Deux opérations sont en interaction. D´abord, quand une relation à autrui imprime sa marque, entraine des plis autour de ce qui fait noeud, un vide apparait entre le tissu et le cadre.Ensuite, pour que le tissu tienne malgré ce vide périphérique, ces relations doivent fonctionner comme des liens qui attachent. Ces relations apparaissent alors selon une triple figuration.

1/ Elles forment des plis et replis dans le tissu de notre mémoire.

2/ Elles sont cordages qui nous soutiennent.

3/ Elles se délimitent mutuellement le long du cadre de notre vie.

Ainsi, ce scénario propose une issue à une situation désespérée. Lorsque qu´il y a trop de plis, trop de vide, avec saturation des relations nouées, la solution est de couper tous les cordages, et de retendre une nouvelle pièce de tissu.

MC : Avec cette méthode de possibilité de nouvelle vie, vous proposez donc une alternative au cercle de l´éternel retour.

Les serments du mariage. 1,50m*1m. 2003.

FRJ : On peut l´interpréter ainsi ! Voici un autre scénario. "Je" sont les autres ! "Je" sont les cordages qui assurent les liens et les nœuds nos relations avec les autres. Quand nos relations avec les autres sont fortes, le tissu se plisse et se repli autour des multiples nœuds créés par les liens. Quand les relations sont faibles, quand les nœuds sont espacés, le tissu se détend, flotte librement. Que se passe-t-il au début d´une relation qui, telle le mariage, se bàtit avec des serments. Le serment est un être paradoxal : il noue sans nouer, il annonce les futurs noeuds et une relation de plus en plus visible. Voici, dans la sculpture suivante faite avec de l´organza, comment j´ai représenté les serments : des nœuds libres au bout de cordages ayant de plus en plus de réserves, disposés le long d´un tissu quasi transparent dont le biais laisse apparaître des cordages à la tension de plus en plus visible.

MC : La métaphore entre un tissu plusieurs fois noué et durablement déformé et l´identité d´une personne est facile à admettre. Ce qui est déconcertant est qu´en représentant "les autres" par des liens s´élançant du pourtour d´un simple cadre en bois, liens pénétrant par des entailles faites au couteau, vous subvertissez la notion même de sculpture.Vous réduisez le sujet classique de la sculpture à n´être qu´un bout de chiffon, et vous dites que ce qu´il y a à sculpter, ce sont les dynamiques des liens qui, venant tout autour de nous, nous enlacent et nous structurent.

FRJ : Je peux vous suivre sur l´idée d´une nouvelle approche de la sculpture, qui m´amène à explorer, de même que beaucoup d´artistes contemporains les mises en scène possibles des tensions entre les forces de matériaux différents. Cependant, le cadre joue un role fonctionnel fondamental. Grâce à la retouche des photos de ces sculptures, voici à gauche la représentation de votre thèse : des liens qui surgissent du vide pour tendre le tissu.

Haut. Espoir au foulard Bas. Misère Noire.1,50 m*1m. 2003

Le cadre permet de donner la mesure d´ensemble, à partir de laquelle les départs de liens apparaissent comme des moments successifs. Grace au cadre, l´oeuvre trouve son rythme. Remarquez que dans la seconde sculpture - Misère noire - il y a deux rythmes, l´un sur le pourtour du cadre, l´autre interne au tissu.

MC : Pourtant, il nous vient d´Orient cette idée que la forme n´apparait que par rapport au vide. A la dualité vide / forme, vous ajoutez une seconde dualité cadre / tensions.

FRJ : Selon moi, le vide est peuplé de tensions. Et si les tensions s´organisent entre elles par la forme qui leur est commune, il leur faut segmenter le vide par une région locale, région que figure ici le cadre.

MC : Intéressant ! Avez-vous déjà fait réagir des physiciens à votre conception de vides localisés ?

FRJ : Non, pas encore, mais vous m´en donnez l´idée. En fait, je crois que je retrouve ici l´ancienne physique chinoise qui considerait l´énergie comme un aller retour régulier entre une forme Yang et une forme Ying complémentaire entre elles.

MC : Par exemple, quel serait le pôle Yang et le pôle Ying dans vos sculptures ?

FRJ : Le Yin est décrit par les caractères féminins, la passivité, l´obscurité, la nuit, le calme et enfin la réceptivité. A l´opposé, le Yang se caractérise par le masculin, l´activité et la lumière. J´assimilerais le cadre au Yin, car le cadre n´est que support passif. Et je rapproche le tissu au Yang à cause de sa visibilité, de sa capacité à mettre en relief les circulations de la lumière. Ci-dessus, la représentation côte à côte des sculptures montre qu´il faut compter avec la matérialité propre du tissu.Le rôle d´une matière comme le tissu est de cristaliser ces tensions sous une forme visuelle.

MC : Mais on pourrait aussi repérer que la dualité s´organise par l´opposition entre la discontinuité des tensions qui font rythme sur le cadre et la continuité matérielle du tissu.

FRJ : Peut-être. Je ne veux refuser aucune interprétation. Je peux même l´alimenter en montrant que deux logiques sont mise en oeuvre. D´une part, il y a la suite des liens sur le cadre, d´autre part la composition des noeuds sur le tissu qui s´organise selon un parallèpipède. Mais je remarque que vous ne retenez que ce qui fait la simplicité d´une opposition, en oubliant ce qui est commun : l´énergie circulant entre la visibilité matérielle du tissu et le support apporté par le cadre.

MC : Avec cette notion de cadre, je commence à deviner ce qui peut s´identifier comme passage possible entre votre démarche artistique et vos activités professionnelles. Lorsque je considère vos différents métiers, ils ont en commun de mutualiser le cadre de l´action entre les différents collaborateurs de l´entreprise, de faciliter ce partage par des représentations comprises par tous, de mieux articuler le langage utilisé pour gérer ou manager.

FRJ : Effectivement, j´ai pris plaisir à faciliter le partage entre opérateurs, ingénieurs et managers, entre informaticiens et experts de métiers de représentations de problèmes à résoudre, de besoins à satisfaire, de scénarios d´évolution possibles. Mais revenons sur le terrain artistique.

MC : Prenons cependant le temps d´évoquer votre proposition du site applicatif www.cvscore.com pour faciliter la construction d´une identité professionnelle cohérente. Cette application apparaît comme une suite logique de vos sculptures de tissu tendu par des liens ayant des tensions et des orientations diverses !

FRJ : C´est une remarque pertinente. Je considère que l´identité professionnelle est tel un habit cousu de multiples pièces de différents tissus, un grossier patchwork, dont certaines coutures béent et d´autres sont resserrées, surpiquant des replis. Avec www.cvscore.com je propose aux personnes de réorganiser leur "habit professionnelr", de redécouper et réarticuler les moments de leur expérience professionnelle, de coudre harmonieusement missions réalisées, compétences acquises et projet futur. Nous connaissions l´autoportrait en peinture qui affiche ses caractéristiques professionnelles et sociales, nous disposons maintenant de l´autoportrait numérique.

MC : Après cette exposition de 2003, vous avez réorienté votre travail vers des productions picturales qui se caractérisent par des géométries simples telles que le carré et une palette très colorée.

FRJ : La réaction de malaise et d´incompréhension à mes sculptures de tissus m´a amené à adopter des moyens d´expression plus classique : de la toile, des couleurs, des figures. Cependant, si j´ai reproduit la structure où au sein d´un cadre flotte une figure, la gamme chromatique m´a permis de renouveller la signification des éléments. Dans les sculptures, le vide apparaissant entre le cadre et le tissu, les structurait en termes opposés ; la forme des cordages devenait alors le symboles des liens entre le "Je" et les autres. Sur la toile d´un seul tenant, la gamme des couleurs a introduit un espace de continuité entre le cadre et la figure, espace où peut s´exprimer une respiration.Voici le premier des tableaux de la série "Fenêtres"peints en 2004-05.

Fenêtre de lumière. 1m50*1m50. 2005.

Il apparait la conjonction de deux phénomènes remarquables. 1/ la figure orange centrale semble battre selon une oscillation qui l´amène près des yeux, puis qui la tire en retrait dans ce qui serait le "fond"du tableau. 2/ Au cours de cette oscillation se développe une vibration dans la couleur complémentaire à l´orange, le vert.

MC : Comment expliquez-vous ces illusions d´optique ?

FRJ : Ce ne sont pas des illusions. Les couleurs sont des ondes vibratoires qui activent notre oeil, et initient des opérations de structuration de l´espace. Une couleur sera ressentie comme plus ou moins proche. Comme le jaune est ressenti comme proche, le jaune du tableau semble tracter la figure orange vers l´avant.Par contre, la couleur verte réveille la couleur rouge. Le rouge est interprété par l´oeil comme une couleur ayant une place fixe, comme étant un centre de stabilité. Aussi, la figure orange semble comme "être remise à sa place", au milieu du tableau.

MC : Si nous nous refèrons à l´équivalence entre tableau et mémoire, comment se transforme votre scénario initial ?

FRJ : Que devient mon scénario ? Il me semble que mon scénario enrichit mon appréciation de la mémoire. Les notions d´oubli et de souvenir se complexifient. Si, dans le tableau précédent, l´on pose l´équivalence entre l´oubli et la couleur jaune, on voit que l´oubli est un vecteur actif de la mise en avant des souvenirs. Le cadre s´est developpé en une bande large sur le pourtour du tableau, résorbant ce qui était le vide. Les cordages apparaissent dans ce large pourtour comme des navettes fugitives contruisant une chaîne au sein d´une trame.

MC : Je vous interromps. Trame, chaîne et navette connotent la fabrication du tissu. Il semblerait que le tissu ne soit plus affiché comme symbole de l´identité actuelle, mais, placé en position de cadre, devienne comme la matière de toutes vos identités possibles. Auparavant, les cordages étaient tels qu´en les coupant, vous disiez changer facilement d´identité de référence. Chaînes au sein d´une trame, quand les cordages sont coupés, il y a comme du mou dans l´identité, mais celle-ci se maintient.

FRJ : Je vous accorde ce point. En fait, nos identités sont des étiquettes sociales. Changer l´étiquette d´un pot ne change pas le contenu du pot. En étendant le cadre du tableau en un un large pourtour de tissage, j´exprime un message de l´ordre du manifeste. La mémoire est une étendue, une matière qui va bien au delà de nos souvenirs associés à telle ou telle identité. C´est le tissage continu de nos identités. La mémoire serait tel un tissu dynamique qui, un temps,met en avant nos souvenirs et de l´autre, les met en retrait pour permettre de nouveaux souvenirs.

MC : Comme philosophe, connaissez-vous ce passage où Descartes compare la mémoire à un morceau de cire qui retient l´empreinte d´un souvenir le temps qu´un nouveau souvenir imprime une nouvelle marque ?

FRJ : Bien sûr, ce passage est célèbre. Ce rappel est pertinent. Ma nouvelle conception de la mémoire comme tissu indique que rien ne s´oublie, car l´ancien fil, tenu dans la trame, est juste mis en retrait pour laisser entrer le nouveau souvenir. Puis le nouveau souvenir devient à son tour un fil retissé, recombiné. Cela suppose que la mémoire anticipe le souvenir. C´est ce que les physiciens appellent l´avance de phase.

Je vous propose une petite expérience d´avance de phase. D´un coté, il y a ce tableau "Le soleil est mon ami"(peint en 2006), de l´autre la photo d´un coucher de soleil concret. Le tableau fournit la structure colorée du coucher de soleil. Cette structure colorée permet de regarder le coucher de soleil, et, s´il n´y avait pas de photo, de s´en donner un souvenir.

Le soleil est mon ami. 2006.

MC : La mise côte à côte du tableau et du coucher de soleil est très convaincante !

FRJ : Ce tableau est une matrice de mémoire visuelle, qui en organisant les couleurs dans un système de valeurs complémentaires, donne la possibilité de se souvenir de ce coucher de soleil. Ce système de valeurs se construit à partir de la gamme chromatique.

MC : Nous avons une objection. La couleur complémentaire verte n´apparait pas dans la photo.

FRJ : Si, elle apparait imperceptiblement autour du soleil. Mais l´essentiel est que structurellement, l´oeil ne voit le rouge que sur un fond vert. Fixez longtemps une tâche rouge, vous verrez apparaitre du vert. Vous doutez ? Considérez la progression de la figure colorée ci-dessous, qui a subi plusieurs fois une opération de mise en contraste. Autour de la valeur rouge apparait une vibration verte.

MC : Quel est votre projet actuel ? Etes-vous en train de faire une recension de l´ensemble de nos possibilités de mémoire ? De ce que vous appellez nos "matrices actives de mémoire"

FRJ : Effectivement, je commence une démarche de l´ordre de la recension. Mais il ne s´agit plus de ce que nous voyons à la fenêtre ou de vues exceptionnelles comme celles d´un coucher de soleil. Je m´intéresse aujourd´hui à des images-icones, à des images qui synthétisent à la fois nos concepts et nos expériences visuelles. Ainsi, dans une série de tableaux explorant l´expérience mentale et pratique de la vie en réseau (réseau Internet, réseau de mobilité, réseau politique, etc), je me suis intéressé à la mise en réseau des pays via le concept de l´Olympisme. Voici le tableau qui en résulte :

Je vous laisse le regarder. Laissons faire nos regards, laissons faire nos mémoires.

comments powered by Disqus